Différences entre Laser et Lampes à Lumière Intense Pulsée

 

La lumière est une forme d'énergie. Elle fait partie de ce que les scientifiques appellent le Spectre Electromagnétique, c'est-à-dire différentes formes d’énergie qui se dispersent en se déplaçant.

D'autres formes d'énergie sont comprises dans ce spectre : les ondes radio et les micro-ondes.

Ce que nous considérons habituellement comme la « lumière » (la lumière blanche) est en réalité constituée de différentes couleurs, comme celles de l'arc-en-ciel. En fait, les couleurs sont un peu plus complexes que les six ou sept que nous pouvons voir et les scientifiques utilisent le terme de longueur d'onde pour désigner chaque couleur spécifique composant la lumière.

 

Selon ses longueurs d'onde la lumière a des propriétés différentes. Les ultraviolets et la lumière infrarouge par exemple sont invisibles pour l'œil. Les ultraviolets du soleil ou des solariums correspondent à la lumière qui bronze la peau, avec malheureusement un effet secondaire indésirable car c'est elle qui en  accélère le processus de vieillissement. C'est ce qu'on appelle le photo-vieillissement. La lumière infrarouge quant à elle réchauffe l'eau contenue dans la peau.

 

Les lasers et les appareils à lumière intense pulsée produisent une lumière capable de pénétrer de plusieurs millimètres dans la peau - assez pour être capables d’effectuer  l'épilation, ou de traiter les vaisseaux sanguins, l'acné ou les pigments épidermiques.

 

Les Lasers

 

Un laser comporte trois éléments essentiels :

    Un milieu actif qui peut être très varié (un solide comme les lasers Nd-Yag, KTP, Erbium-Glass ou Erbium-Yag, un gaz, les plus courants étant les lasers excimère et les lasers CO², un liquide, cas du laser à colorant pulsé, ou encore un semi-conducteur sur les lasers diodes)

    Un dispositif chargé d’exciter les atomes ou les molécules du milieu actif, appelé souvent dispositif de pompage.

    Une cavité résonante qui accroît la densité de la lumière, en général deux miroirs placés aux deux extrémités du milieu actif. 

 

Un laser émet un rayon lumineux très intense de très faible diamètre, correspondant à une seule longueur d’onde, donc d’une seule couleur. Selon leur type, les lasers émettent en mode continu, impulsionnel ou déclenché (Q-Switched), modes qui affectent de façon drastique le temps d’émission de leur faisceau et par conséquence directe, leur puissance.

 

Fonctionnant normalement avec une seule longueur d’onde (bien qu’il y ait maintenant quelques exceptions), chaque laser est donc plus particulièrement adapté à une cible précise en termes de coefficient d’absorption et de pénétration et par conséquent correspond plus particulièrement à une indication elle-aussi bien précise.  Ci-dessous les types de lasers les plus communément utilisés en fonction du traitement effectué :

    Epilation : lasers Alexandrite, Nd-Yag long pulse ou lasers diode.

 

    Traitement des couperoses/érythroses et des autres problèmes vasculaires courants (rosacée, télangiectasies, angiomes stellaires - dits aussi angiomes « araignée » -, angiomes rubis) : lasers KTP et ou à nouveau Lasers Nd-Yag, celui-ci étant par ailleurs considéré comme la référence dans le traitement des varicosités des membres inférieurs.

    Angiomes plans (communément appelés taches de vins) : le choix très prioritaire est le laser à colorant pulsé.

    Taches pigmentaires (lentigos solaires ou taches brunes, éphélides) : Nd-Yag déclenché (Q-Switched) ou  Alexandrite Q-Switched.

    Acné : certains lasers diodes, Erbium-glass

    Relissage de la peau : Le CO² en mode impulsionnel, et l’Erbium-Yag pulsé sont utilisés dans ce qu’on appelle le relissage, procédé consistant à abraser véritablement l’épiderme pour le traitement de la patte-d’oie, des rides palpébrales, péri-orales ou obliques des joues. Ce type de traitement a de nombreuses contraintes : anesthésie souvent générale, suites opératoires, etc.

    Relissage fractionnel : Les contraintes du relissage classique ont alors conduit à une nouvelle technologie : le laser fractionnel. Au lieu d’abraser l’épiderme en totalité, le mode fractionnel réalise des puits microscopiques séparés entre eux par des zones non traitées, facilitant ainsi la cicatrisation. Cette technologie peut être adaptée sur différents types de lasers, Erbium-Yag, CO², Erbium-glass, Nd-Yag…

 

La Lumière Intense Pulsée

 

Il ressort de ce qui précède que pour effectuer l’ensemble de ces traitements, l’acquisition d’un grand nombre de lasers est impérative, un problème pour les cliniques ou les cabinets médicaux en termes de place nécessaire et de coût.

C’est la raison pour laquelle depuis un peu plus d’une dizaine d’années une solution alternative aux lasers est apparue sous la forme d’appareils à Lumière Intense Pulsée, souvent appelés « Lampes-Flash ».

Ils comportent un coffrage contenant un générateur électrique et le système de contrôle informatique, et une pièce à main constituant l’illuminateur avec la lampe-flash, une optique  placée au contact de la peau, et un ,ou des, filtre (s). A la différence du laser, les systèmes à lumière intense pulsée émettent en effet sur un spectre large (si l’on préfère, sur une gamme étendue de longueurs d’onde) qui va de l’ultraviolet à l’infrarouge en passant par la lumière dite visible. D’où l’utilisation de filtres pour ne retenir que la partie utile du spectre.

La première génération de systèmes à lumière intense pulsée filtrait seulement les ultraviolets, ceux de seconde génération éliminent également les longueurs d’onde supérieures à 950 nm, c’est-à-dire la lumière infrarouge.

Par le simple changement des pièces à main équipées de filtres différents, une grande partie des traitements qui étaient jusque-là l’apanage des lasers est désormais réalisable à partir d’un seul système de base.

On peut donc dire que quasiment tous les traitements évoqués plus haut sont accessibles aux équipements médicaux à lumière intense pulsée (voir ci-après).

Malheureusement, la lumière intense pulsée procède à la base d’une technologie plus simple à mettre en œuvre que la technologie laser. Même si pour un type de laser donné les performances peuvent quand même varier d’une marque à l’autre, il s’agit néanmoins d’appareils 100% médicaux offrant à ce titre toutes les garanties voulues et dont l’utilisation est strictement réservée aux médecins.  Il en va tout autrement avec les lampes-flash où du matériel bon marché peu puissant, et bien sûr à l’efficacité pour le moins aléatoire, côtoient des appareils se situant réellement au niveau des meilleurs lasers pour chacune des indications et ayant d’ailleurs obtenu le label CE médical.

Ainsi, en matière de traitement des dommages liés au soleil, mixant vaisseaux disgracieux, taches pigmentaires, et texture de peau vieillissante, sur le visage, le cou, le décolleté ou les mains, on peut même affirmer que les meilleures lampes-flash font mieux que les lasers.

Les appareils à lumière pulsée efficaces présentent certaines caractéristiques telles que le double filtrage évoqué plus haut, un pulse carré (homogène du début à la fin du tir), un générateur d’énergie possédant une réserve suffisante pour soutenir une utilisation intensive sans baisse de puissance, et une programmation informatique sophistiquée permettant d’adapter de façon optimale les réglages à chaque patient.

 

Autres technologies

 

A côté des lasers et deslampes-flash, il existe d’autres systèmes faisant appel à la lumière pour des traitements dermatologiques et esthétiques. Ce sont essentiellement des appareils émettant des rayons UVA et UVB, de la lumière bleue ou encore de la lumière infrarouge en mode continu pour le traitement du psoriasis, du vitiligo, de l’eczéma ou encore de l’acné. Sont aussi apparus récemment des appareils utilisant les diodes électroluminescentes (ou LED) pour améliorer la texture cutanée et apporter un effet anti-inflammatoire.

Enfin, bien qu’il ne s’agisse plus de lumière, il convient de mentionner aussi la Radio-Fréquence, en mode monopolaire, bipolaire ou, depuis peu, tripolaire ; elle est soit utilisée seule pour le traitement des rides et plus particulièrement pour la correction du relâchement cutané, quelle que soit la zone du corps, ou en association avec la lumière pulsée ou un laser dont elle est censée accroître les effets en ce qui concerne l’épilation, le traitement de l’acné ou le photo-rajeunissement.

 

Comment la lumière intervient-elle dans les traitements?

 

Nous traiterons ici uniquement du mode d’action des appareils faisant appel à la lumière proprement dite.

Quel que soit le traitement effectué, le principe de fonctionnement est le même : quand un flash ou un rayon lumineux pénètre la peau, certains des pigments naturels du corps absorbent la lumière, on les appelle des chromophores. Dans la peau ce sont la mélanine, l’hémoglobine et l’eau. En absorbant la lumière les chromophores la convertissent en chaleur et la conduisent jusqu’à la cible recherchée qui diffère en fonction du traitement. Par la sélection rigoureuse des longueurs d’onde adéquates qui déterminent la profondeur de pénétration de la lumière, et par un réglage extrêmement précis de la durée du tir et de l’énergie utilisée, la température de la cible est augmentée de manière à en entraîner la destruction sans endommager les tissus environnants.

On comprend ici l’importance de l’appareil utilisé et des connaissances de l’opérateur…

 

    Epilation. C’est la mélanine que contient le poil qui va conduire la chaleur jusqu’au follicule, sorte de poche dans laquelle se trouve la racine pilaire ; chauffée aux alentours de 65° C pendant au minimum 1 ms, celle-ci va être détruite, supprimant toute repousse. Toutefois, la pousse des poils se faisant par cycle dont la durée varie en fonction des zones du corps et aussi des individus, plusieurs séances sont nécessaires pour traiter tous les poils au fur et à mesure qu’ils se trouveront en période de croissance, appelée phase anagène. A noter que le duvet ainsi que les poils blancs, roux clairs ou très blonds ne contiennent pas assez de mélanine pour absorber la lumière, c’est la raison pour laquelle ils ne répondent pas à ce type d’épilation. Avec un appareil performant, quatre à six séances suffisent en général pour obtenir un résultat permanent. L’épilation des peaux foncées est plus délicate en raison du conflit existant avec la mélanine de la peau. Le laser Nd-Yag long pulse et quelques rareslampes-flash permettent de traiter ces patients en toute sécurité.

    Traitements pigmentaires. C’est la mélanine qui détermine la couleur de la peau. Celle-ci est normalement homogène ; toutefois, avec l’âge et l’exposition solaire, certaines cellules vont présenter des amas excédentaires de mélanine qui vont former les lentigos solaires et lentigos séniles. Le traitement avec la lumière va cibler ces excès de mélanine selon le même processus que ci-dessus mais avec des réglages très différents.

    Traitements vasculaires.  Couperose, vaisseaux disgracieux, angiomes, on peut en schématisant dire qu’il s’agit dans tous les cas d’une dilatation anormale des vaisseaux sanguins qui deviennent excessivement apparents. Laser et lumière pulsée vont cette fois utiliser l’hémoglobine contenue dans le sang comme chromophore pour conduire la chaleur jusqu’aux parois de ces vaisseaux dont les protéines seront détruites entraînant leur photo-coagulation soit immédiate soit progressive.

    Photo-rajeunissement. En dehors de l’action déjà évoquée à la fois sur la pigmentation excessive et sur les rougeurs disgracieuses, les lampes-flash les plus performantes et, à un degré moindre,  certains types de lasers, ont une efficacité largement démontrée dans le domaine du photo-rajeunissement du visage, du cou et du décolleté ou du traitement de la Poïkilodermie de Civatte. En synthétisant on dira qu’à l’effet de chaleur induite par la lumière, la réponse de défense de l’organisme consiste en une forme de cicatrisation avec activation des fibroblastes et néocollagénèse. Le résultat : un resserrement des pores, une amélioration de la texture de la peau, un teint plus homogène, en bref un véritable « coup de jeune » donné à la peau.

A noter que le photo-rajeunissement est à appréhender comme un concept large où différentes techniques peuvent - et l’on devrait même dire doivent – cohabiter : peelings, comblements (toxine botulique ou acide hyaluronique), mésothérapie, sont à associer aux traitements effectués avec les lasers ou la lumière pulsée afin d’optimiser les résultats.

    Traitement des rides. Lorsqu’il s’agit de traiter les rides plus profondes, il convient d’avoir recours au relissage, classique ou fractionnel, tel qu’il est décrit plus haut dans le paragraphe consacré aux lasers.

    Acné. On peut traiter l’acné inflammatoire de deux façons : soit en agissant directement sur la bactérie responsable de l’acné (PropionibacteriumAcnes ou P.acnes), soit en endommageant les vaisseaux sanguins alimentant les glandes sébacées, ce qui réduit de façon drastique la production de sébum. C’est la technologie utilisée qui déterminera le mode d’action.

    La Photothérapie dynamique. Dans le traitement de l’acné, des kératoses actiniques ou des carcinomes basocellulaires superficiels, un nouveau procédé thérapeutique consiste à associer en général à la lumière bleue ou rouge continue, ou à la lumière pulsée, mais aussi à certains types de lasers, l’action d’une substance photosensibilisante. D’excellents résultats ont aussi été obtenus dans le domaine de la photo-réjuvénation, y compris sur certains types de rides, principalement la patte-d’oie et les rides obliques des joues. On constate en général une amélioration nette de la texture de la peau, et souvent de la tonicité.

Le principe en est le suivant : un liquide ou une crème contenant une molécule précurseur de la Protoporphyrine IX (PpIX) est préalablement appliquée sur la peau, sous occlusion ou non (photo-rajeunissement) ; cette molécule se métabolise au contact de la peau en PpIX qui est hautement photosensible, et a la particularité de s’accumuler dans les tissus malades et les glandes sébacées, laissant intacte la peau saine. Au terme d’un certain temps d’application, variable en fonction du produit utilisé et de l’indication, les lésions sont irradiées avec une source lumineuse dont les longueurs d’onde doivent correspondre aux pics d’absorption de la PpIX. S’en suit une réaction photochimique avec production d’oxygène singulet et de radicaux libres  qui provoquent la mort des cellules traitées. A noter que la lumière pulsée peut avec les filtres adéquats couvrir la totalité des pics d’activation de la PpIX : bande de Soret, et Q-bands.

 

Mots clefs:

comblement,acide hyaluronique,botox,toxine botulique,peelings,mesolift,filorga,carboxytherapie,mésothérapie,photoréjuvénation,photorajeunissement,couperose,epilation définitive,laser et lumière pulsée, lipolyse, cellulite,mesodissolution,centre,cabinet,traitements,soins,clinique esthetique,restilane,collagene,cheveux,rides,varicosités,taches,brunes,mesomasque,masque,amaigrissement

 

 

Le Laser
docteur bonnet©copyright 2010